01 octobre 2018

Rencontres Nationales / Réseau Semences Paysanne / 5-7 octobre 2018


Pour plus d'informations contacter :

Agathe Ravoir
Coordinatrice des Rencontres Nationales du RSP
06 11 80 90 36

08 avril 2018

Projection de "Semences du futur" MERCREDI 11 avril 2018 à 19h

ATTAC en Roannais, Confédération Paysanne, Rés'OGM.info, Vivre Bio en Roannais vous invitent à la projection de "Semences du futur" 

MERCREDI 11 avril, à 19h
Espace Congrès à ROANNE (derrière l'Hôtel de Ville)

Avec la participation de Gérard BOINON, de Rés'OGM.Info, paysan retraité, consultant au Conseil des Droits de l'Homme à Genève et de responsables des autres associations invitantes.

Entrée libre. En fin de soirée, partage du "verre" de l'amitié.


17 mars 2018

Soirée Débat Agriculture Bio le 19 mars 2018

L’ARDAB et VIVRE BIO EN ROANNAIS ont le plaisir de vous inviter à une après-midi/soirée Spéciale Agriculture Bio du Roannais. Elle aura lieu le lundi 19 mars 2018 au lycée agricole de Roanne Chervé (salle du Château).

PROGRAMME

- 16h / 17h30 : Présentation du projet et réflexion sur la création d’une antenne Roannaise/Forez de la plateforme BIO A PRO avec le gérant de BIO A PRO Gérard Gayet.

- 18h00 / 20h30 : Nous invitons les producteurs et les consommateurs à réfléchir ensemble à la question « Quelle Agriculture Biologique souhaitons nous en Roannais ? »,
il s’agit d’une réflexion collective sur la création d’une démarche bio et locale Roannaise.

Venez nombreux participer à ces réflexions.
Un pot clôturera cette soirée.

07 février 2018

Projection du film " L’intelligence des arbres "

Jeudi 1er Mars 2018 à 20h00

Cinéma 
Espace Renoir
Roanne

Vivre Bio en Roannais sera heureux de vous convier à un débat autour d'un pot avec la présence d'Anne-Rose Clémençon, le coeur des arbres...


15 janvier 2018

Assemblée Générale Vivre Bio en Roannais...

Notre assemblée s'est tenue ce jour, le 15 janvier 2018, dans une ambiance chaleureuse et conviviale. C'est un moment important pour notre association qui nous a permis de faire le point sur toutes les activités déployées tout au long de l'année 2017. Nous pouvons être fiers des engagements de nos adhérents actifs et nous tenons à les en remercier.

12 février 2017

« Il manquait un maraîcher qui propose des produits bio »

12/02/2017
Une maraîchère bio va s’installer prochainement à Neulise. Son but ? Développer les circuits courts et fournir la restauration scolaire.

Aude-Marie Moyne, responsable de l’entreprise Les légumes de Neulise.  Photo Bernard GUILLERMIN

Aude-Marie, quel est votre parcours ?

« J’ai passé un Bac en économie et un BTS ACSE (Analyse, conduite et stratégie de l’entreprise agricole), spécialisation vaches laitières, suivi d’une licence Pro éco marketing, complété par une formation PPAM (Plantes à parfums aromatiques et médicinales). Puis, pour me former à la vie professionnelle, j’ai réalisé un stage en apiculture, dans un magasin bio et un en maraîchage, ce qui m’a permis de me diriger vers le maraîchage biologique. »

Vous allez donc vous installer en maraîchage ?

« Oui, à 39 ans, je m’installe à Neulise, au lieu-dit Rochefort, en spécialisation maraîchage biologique, sur un terrain de 5 hectares sur lequel un bâtiment de 200 m² va sortir de terre, en juillet 2017, s’il n’y a pas de retard. »

À quoi est due votre installation ?

« Cette installation est due au constat et à des études réalisées par l’association Vivre bio en Roannais, d’un manque légumier qui propose des produits bio dans le Roannais, pour fournir la restauration collective scolaire dans le cadre d’un développement des circuits courts. »

Allez-vous travailler seule ?

« Oui, je vais travailler seule, mon exploitation sera répartie en un hectare de cultures avec une serre de 1 000 m² et un hectare d’engrais vert pour la rotation, les trois hectares restants vont servir pour du foin. Les légumes cultivés ne seront uniquement que des produits d’hiver (carottes, poireaux, courges, choux…). Je compte dans l’avenir, éventuellement, mettre en place un système panier commande par Internet. J’aimerais remercier la communauté de communes du Pays entre Loire et Rhône (CoPLER) qui a joué un rôle central dans mon projet, qui a commencé à se mettre en place en 2013. »
-------------------------------------------------------------------------------------------
Contact Tél. O6.69.07.01.10.
-------------------------------------------------------------------------------------------

23 janvier 2017

Vivre bio en Roannais : « Nous voulons continuer à tirer le bio vers le haut »

23 janvier 2017
Ce lundi soir, l’association Vivre bio en Roannais se réunit pour son assemblée générale, ouverte à tous. L’occasion d’ouvrir les débats et de redéfinir les objectifs de l’association.
Un tiers des adhérents de l’association sont des agriculteurs. Certains sont présents sur le marché de Roanne chaque vendredi. Photo Adèle BINAISSE
L’association, riche d’environ 150 adhérents, promeut une agriculture biologique et éthique, proche du territoire et de ses consommateurs.

Parmi ses nombreuses actions, on peut citer l’organisation des Estivales bio, les diagnostics de ferme pour des agriculteurs qui veulent changer de système, ou encore le travail avec des chercheurs de l’Inra (Institut national de la recherche agronomique).

Pour une agriculture locale qui créée du lien social


Pour la co-présidente, Isabelle Janin, il est très important de continuer le débat : « Nous voulons continuer à tirer le bio vers le haut.

Cette agriculture est en train de changer d’échelle, avec une hausse du nombre de consommateurs et de producteurs. Les gens se demandent vers quel bio on va… Nous sommes déçus de voir que la Région s’écarte de tout ce que l’on a apporté et baisse les subventions (1). Nous, ce qu’on veut, c’est une agriculture qui fait vivre les gens d’ici, qui apporte du lien social », explique-t-elle.

Ce soir, la question de la pérennité du bio de qualité va se poser. « Certaines chartes qui vont plus loin que celle de l’AB, comme Nature et Progrès, Bio Cohérence, Demeter… Nous voulons aussi réfléchir sur la possibilité de territorialiser le bio du Roannais. Et surtout, nous voulons faire du bio haut de gamme, mais accessible à tous ». Vivre bio en Roannais se rend dans les écoles, dans les CCAS (Centre communal d’action sociale), pour montrer qu’on peut manger bien pour pas trop cher, pour expliquer le circuit de l’aliment jusqu’à nos assiettes.

Dans la continuité des autres années, de nouveaux rendez-vous citoyens, et beaucoup d’échanges, sont au programme en 2017.
-------------------------------------------------------------------------------------------
Infos Assemblée générale ce lundi soir à la salle du Diapason, boulevard de Thiers, à partir de 19 heures. Seuls les adhérents peuvent voter.
-------------------------------------------------------------------------------------------
(1) Les subventions allouées à la Fédération régionale d’agriculture biologique (Frab) par la Région Auvergne-Rhône-Alpes sont passées de 720 000 à 220 000 euros de subventions par an cette année.
-------------------------------------------------------------------------------------------

Adèle Binaisse.

21 octobre 2016

Ferme des Millets : quatre jeunes produisent bio sur le lieu test agricole

21/10/2016
À l’initiative d’une démarche du Pays Roannais en Rhône-Alpes, et celle de Roannais Agglomération, un « lieu test agricole » d’une superficie de 13 ha, la ferme des Millets, accueille pour trois ans quatre entrepreneurs à l’essai, qui ont pour objectif de créer leur propre entreprise au terme de ces trois ans. Le dispositif d’accompagnement de ces jeunes a pris la forme d’une association, Etamine. Après quelques mois d’activités, rencontre avec les maraîchers, Adrien Maréchal et Julien Buffard, et les agricultrices-éleveuses Gwendoline Vidal et Aurélie Lechère.

Adrien, Julien, Gwendoline et Aurélie, entrepreneurs « bio » à la ferme des Millets, sont présents sur les marchés. Photo Jeanine FOURNIER

Julien, cet essai à l’espace test agricole des Millets te paraît-il convaincant ?

« Complètement, cette mise à disposition des terres permet de me mettre en situation réelle. Ma mission est la production de légumes de saison tout en respectant le cahier des charges de l’agriculture « bio », et de commencer à se faire une clientèle avec les marchés. Je vends mes produits tous les dimanches au bourg de Ouches, de 8 à 12 heures, à Amplepuis les mardis de 8 à 12 heures et à la ferme des Millets les vendredis de 17 à 19 heures. Malgré les intempéries du printemps (pluie, grêle) et la sécheresse cet été, la production correspond à nos attentes et l’on est satisfait. »

Pratiquer une agriculture durable, 
basée sur l’agro-écologie

Adrien, en quoi tes activités de maraîcher sont-elles complémentaires de celles de Julien ?

« La production comprend une trentaine de légumes et de fruits différents à ce jour. Nous disposons chacun de deux serres (500 m² ). Une réserve d’eau de 3 000 m³ est remplie en hiver par les eaux de pluie et lorsque la réserve ne suffit pas, un puits artésien dont le forage a été réalisé par Roannais Agglomération prend le relais. Sur commandes, j’effectue la préparation de paniers hebdomadaires sur deux lieux de distribution les jeudis à Saint-Jean-Saint-Maurice-sur-Loire « la Cure » à 17 heures, et les vendredis à la ferme des Millets de 17 h 30 à 18 h 30. Cet espace-test me permet de découvrir le métier, de me perfectionner, et de pouvoir développer petit à petit plusieurs réseaux, clientèle, confrères maraîchers, etc. Tout cela dans des conditions qui, à la ferme des Millets, satisfont mon souhait de pratiquer une agriculture durable, basée sur l’agro-écologie. »

Gwendoline et Aurélie, vous vous êtes associées pour l’élevage d’ovins et volailles ?

« Suite à une formation agricole qui a abouti au BPREA (brevet responsable d’exploitation agricole), nous nous sommes lancées en contrat Cape (contrat d’appui au projet d’entreprise) pour élever des brebis laitières (50), des poulets de chair (200), des poules pondeuses (20) et des cochons (2). On transforme le lait de brebis en fromages (tomme, pâte molle, petits frais affinés), yaourts. Tous les vendredis à la ferme, nos produits sont proposés à la vente de 17 à 19 heures. »